Contrôler les objets qui nous entourent par la force de notre pensée : une faculté surhumaine maintenant pratiquement à portée de main (et même de cerveau). C’était du moins le cas le 1er octobre, à Paris, au Mondial de l’automobile, sur le stand d’Opel.

Les agences Tips Tank (conseil en innovation digitale et en expérience client) et Reinsdyr (agence conseil en communication) proposent une expérience inédite aux visiteurs du salon : faire démarrer une Opel Astra sans bouger un doigt, installé dans un fauteuil, un simple casque sur la tête.

Tips Tank explique le fonctionnement de ce couvre-chef pas si banal :

"Lcasque connecté mesure l’activité cérébrale du visiteur et communique par Bluetooth avec le véhicule. En se concentrant sur le véhicule – équipé d’un dispositif que nous avons développé pour l’occasion – le visiteur augmente la production de certaines ondes cérébrales qui sont détectées par le casque déclenchant ainsi le démarrage du véhicule."

 

Ce produit n’est bien sûr pas destiné à la vente et ne le sera probablement jamais, il s’agissait surtout pour Opel d’attirer les curieux sur leur stand et de manifester ses ambitions autour de la voiture connectée et de l’innovation.

Cet événement nous permet tout de même de mettre en lumière les avancées technologies dans ce que nous pouvons appeler la « pensée connectée ». En effet, d’autres casques sont développés à des fins plus durables. Voici quelques exemples notables :

Toujours dans le domaine de l'automobile

Toyota avait développé, il y a déjà plusieurs années un fauteuil roulant contrôlable par la pensée. Le casque, doté de nombreuses électrodes permet à l’utilisateur de se déplacer de manière particulièrement fluide, le constructeur garantissant une « précision de pilotage de l’ordre de 95% ».

Dans la médecine

En 2015, une équipe de chercheurs a développé un casque composé de nombreux capteurs, permettant de contrôler sa propre prothèse grâce à la pensée. Cet exploit était déjà possible mais nécessitait d’implanter un système électronique lors d’une opération chirurgicale qui présentait des risques d’infection et de rejet. 

Dans les loisirs

Une start-up californienne a lancé, en 2012, un drone contrôlable par un casque connecté, grâce à un logiciel développé par l’entreprise. Les codes sources de celui-ci et les schémas de construction sont disponibles gratuitement sur leur site, ce qui signifie qu’il est possible de recréer soi-même le dispositif. Pour les moins adroits, le drone et son casque sont actuellement en vente sur internet.

De nombreux autres casques connectés sont conçus, comme ces oreilles de chats par exemple. Ces avancées laissent présager des innovations très utiles dans le domaine de la communication et des médias, développant l’expérience utilisateur à un niveau sensoriel.

A propos de l'auteur :

a écrit 0 articles sur le blog Mediafactory.

Comments

0