Le réseau social aux 95 millions de photos et vidéos postées quotidiennement est devenu un outil majeur pour la préparation de voyages.

Eaux turquoise de Nusa Penida à Bali, maisons blanches aux toits bleus des Cyclades, mosaïques colorées des riads de Marrakech… Vous n’êtes jamais allés dans ces endroits et pourtant, vous visualisez les destinations et elles vous font même rêver. C’est le pouvoir d’Instagram. Une enquête OpinionWay réalisée pour la SNCF en mars 2017 révèle qu’un tiers des Français (34%) déclarent chercher des idées de voyages sur les réseaux sociaux.

Si Instagram inspire tant de voyageurs, c’est parce qu’il est une source inépuisable d’idées. Nombreux sont les adeptes du réseau social à partager leurs photos de vacances. Toujours selon l’enquête OpinionWay, 64% des utilisateurs d’Instagram publient des clichés de voyages. Ce chiffre atteint 73% chez les moins de 35 ans. Ces photos sont précieuses pour les personnes qui les voient et qui cherchent une destination de voyage : lieux atypiques, espaces naturels grandioses, petits restaurants traditionnels… Ces comptes Instagram deviennent de vrais guides du voyage 2.0.

Avec la fonctionnalité localisation, les utilisateurs d’Instagram n’ont qu’à rentrer le nom d’un lieu pour voir toutes les photos qui y ont été faites. Les hashtags sont aussi un autre moyen efficace pour construire son itinéraire. Il en existe aujourd’hui plusieurs milliers. Cela va des hashtags généraux comme #travel, #traveler et #globetrotters à d’autres propres à un site tels que #peritomorino (en Argentine) ou #chiangrai (en Thaïlande).

L’essor des influenceurs voyage

Par ailleurs, Instagram met en relation des voyageurs lambda et des « influenceurs » voyage. Ces derniers donnent des conseils et partagent leurs bonnes adresses. Certains Instagramers se sont spécialisés dans ce domaine et fédèrent de grosses communautés. Ainsi, le franco-cambodgien @vutheara réunit plus d’un million d’abonnés. Mais la plupart de ces influenceurs réunissent des communautés de quelques milliers ou dizaines de milliers d’abonnés.  

C’est la passion du voyage qui a poussé certains d’entre eux à se lancer. « Cela fait quelques années que je suis passionnée de voyage et j’adore partager mes photos sur Instagram », nous confie @lisa.gx D’autres ont profité d’une longue expérience à l’étranger pour réorienter leur ligne éditoriale. Comme la Youtubeuse et Instagrameuse Claire (@whats_up_claire), qui s’est lancée dans un tour du monde d’un an en novembre dernier. « Mon départ en tour du monde d’un an m’a permis d’apporter un contenu 100% voyage son mon compte », se réjouit celle qui tenait auparavant un compte « lifestyle ».

Des séjours tous frais payés

Les marques s’intéressent de plus en plus à ce type d’influenceurs. En effet, ce sont des relais parfaits pour les offices de tourisme ou les compagnies aériennes. De nombreuses marques organisent des voyages (tous frais payés) avec eux pour faire connaître leur destination. En échange, l’Instagramer doit diffuser du contenu sur la destination en question.

En décembre 2018, Coralie, une blogueuse et Instagrameuse française (@ellesenparlent, 163 000 abonnés sur Instagram) a été invitée, ainsi que son conjoint, par l’office de tourisme allemand à découvrir la ville de Munich et ses marchés de Noël. Ils étaient accompagnés d’une vidéaste, chargée de réaliser trois vidéos sur cette escapade. Ils ont même bénéficié d’une visite privée avant l’ouverture au public de la bibliothèque du Munchen Rathaus (Hôtel de ville) !

Et ce n’est pas fini. Claire est de plus en plus contactée par les marques : on lui propose des nuits d’hôtel ou un vol offert. « C’est l’occasion de faire des photos dans des cadres de rêves mais aussi de faire  de sacrées économies », livre Claire.

« Une heure de travail par photo »

Ces Instagramers se félicitent d’avoir un impact sur leurs abonnés. « Je pense avoir une petite influence sur leurs destinations car parfois ils changent d’avis grâce à mes conseils » nous confie la voyageuse @lisa.gx. Même satisfaction chez Claire : « Cela me fait très plaisir que mon avis « compte » pour ma communauté et qu’ils aient confiance en moi. Je pense donc que mon compte Instagram peut avoir une influence positive sur le voyage et j’en suis ravie ! ».

Cette influence s’explique en partie par la qualité des photos postées. Bien souvent, les abonnés n’ont pas conscience du temps qu’a nécessité LA photo parfaite. C’est souvent de longues minutes de travail entre la prise, les retouches, la rédaction du post… Claire accorde beaucoup d’importance à l’harmonie de son « feed » (fil d’actualité) et estime que la publication d’un cliché prend en moyenne une heure, toutes étapes confondues. Notre globe-trotteuse ajoute que même si poster sur Instagram est un pur plaisir, elle ne se force jamais à le faire et n’hésite pas à sauter un jour de publication si elle est fatiguée.

Des paysages uniformisés ?

 Mais cet engouement pour les photos voyage ne va-t-il pas trop loin ? Nicolas de Dianous, directeur de l’agence de communication We Like Travel, parle d’effet « bucket-list ». Les voyageurs auraient comme une liste de spots à voir et s’ils en loupaient un, ils passeraient à côté de leur voyage. Ce côté « course à la photo » provoque une forme d’uniformisation d’Instagram : on voit la même destination avec la même prise de vue sur une multitude de comptes. Un compte Instagram, @Insta_Repeat a d’ailleurs été créé pour dénoncer cette uniformisation.

Par ailleurs, certaines photos ont été prises après un réel parcours du combattant. Dans sa vidéo « Vlog tour du monde Vietnam », Claire raconte le périple pour obtenir la photo tendance de la baie d’Halong : plus de trois kilomètres de marche, payer des propriétaires pour accéder au site… D’autres voyageurs n’hésitent pas à mettre leur vie en danger pour prendre la photo parfaite. Ainsi, une Australienne de 24 ans est décédée en 2015 à Trolltunga (Norvège) en perdant l’équilibre alors qu’elle essayait de reproduire la pose répandue sur les réseaux sociaux.

Une influence parfois positive

Les photos de voyage sur Instagram peuvent aussi avoir un impact positif. Elles ont notamment permis à certaines destinations de se faire connaître, comme le Pérou ou la Bolivie. Le développement du tourisme est une chance pour ces pays à l’économie fragile.

Les Instagramers peuvent aussi profiter de leur influence pour faire avancer des causes sociales ou environnementales. C’est le cas de Claire, qui s’est exprimée contre l’exploitation des éléphants au Laos à travers plusieurs « stories ». Ses vidéos ont été vues des milliers de fois. Preuve que les influenceurs voyage ne se contentent pas de buller dans les eaux turquoise de Bali…

A propos de l'auteur :

a écrit 4 articles sur le blog Mediafactory.

-->

Comments

0