La plateforme payante Netflix est devenue l’un des acteurs majeurs de l’industrie des séries. Mais, au-delà de les créer, il faut inciter à les regarder. Zoom sur ses campagnes de communication les plus inventives.

Avec plus de 125 millions d’abonnés, Netflix est désormais une plateforme reconnue pour ses créations originales d’une grande diversité. Son développement s’est accéléré depuis 2014, où son accord passé avec Disney lui a donné l’exclusivité des nouveautés cinématographiques des studios Disney-Pixar -Marvel-Lucasfilm. Un partenariat qui valait bien un changement de logo et qui marque un tournant dans ses méthodes de communication. Pour nous donner l’eau à la bouche, la plateforme mise sur des campagnes de promotion aussi originales qu’imprévisibles.

En 2015, pour la sortie de la nouvelle saison de la série à succès « Orange is The New Black », dont l’intrigue se déroule dans une prison, un mur composé de fausses cellules a été installé au cœur de Paris le temps d’une journée. De quoi créer un lien de proximité entre la série et ses fidèles observateurs.

L’art de bien s’entourer

Mais le leader du streaming n’en est pas resté là et s’est lancé dans plusieurs partenariats inattendus. Premièrement, en 2016, une collaboration avec Babbel (l’application qui permet d’apprendre une langue rapidement et facilement) a eu lieu pour inciter à regarder la célèbre série « Narcos ». Le but de cette opération était de réconcilier les jeunes avec l’espagnol en proposant un cours de langue bien particulier: « L’Espagnol comme El Patron ». La leçon utilise les images et enregistrements des voix originales de la série. Cette démarche permet aux fans de s’identifier davantage aux personnages, tout en leur offrant la possibilité d’apprendre de façon ludique.

Autre partenariat, cette fois plus inattendu : en 2015 Clear Channel laisse l’entreprise privatiser 13 de ses totems digitaux parisiens pour la promotion de Daredevil. Grâce à l’utilisation de capteurs 3D,  les images présentent Matt Murdock en version jour, et Daredevil en version nuit, passant de l’un à l’autre grâce à la reconnaissance de mouvement. Cela permet de mettre en scène la dualité du personnage et à nouveau de surprendre le spectateur dans son quotidien, en suscitant en lui un certain intérêt pour la série, qu’il la connaisse ou non.

Vraie série, fausse start-up

Netflix va encore plus loin en faisant une apparition au salon CES de 2018, s’imposant sous la forme d’une start-up, qui promet l’immortalité. Nommée Psychasec, cette création n’est en fait qu’une entreprise fictive, qui n’a vu le jour que pour la promotion d’une nouvelle série : Altered Carbon. Enfin, Netflix aime faire participer ses fans en leur offrant de quoi s’amuser.

Grâce à une campagne Offline lancée en 2018 à Paris, mise en place pour entretenir la promotion de la plateforme, les passants pouvaient prendre des selfies originaux avec leurs personnages de séries préférés, durant leurs trajets quotidiens. En investissant l’espace public, Netlifx a déjà gagné une bataille d’image : une grande majorité de la population, abonnée ou non, a déjà entendu parler de Netflix, voire partagé un souvenir sur son site.

L’animation en vue

La plateforme ne compte pas en rester là. Grâce à son beau bilan financier, elle s’apprête à investir huit milliards de dollars en contenus originaux l’an prochain, selon Europe 1. Elle prévoit également un élargissement de sa cible en cherchant à séduire un nouveau type de public : les fans d’animation. Un nouveau terrain de jeux pour mener des campagnes de promotion.

A propos de l'auteur :

a écrit 1 articles sur le blog Mediafactory.

-->

Comments

0