Disparue des écrans depuis 2012, l’émission culte Strip-tease a fait son grand retour sur RMC story en juillet 2019. On vous raconte si la copie ressemble (ou pas) à l’original...

C’est avec un parfum de nostalgie que l’on repense à l’émission culte diffusée à partir de 1992 sur France 3. Le programme, caractérisé par l’absence de voix-off, filmait le quotidien et le mode de vie d’individus dits « d’en bas » comme « d’en haut » et parfois même de l’autre bout du monde. Ces documentaires franco-belges avaient pour particularité de contenir beaucoup de moments silencieux, ce qui pouvait parfois susciter de la gêne chez le téléspectateur.

Mais c’est tout le défi et le talent des réalisateurs, Jean Libon et Marco Lamensch, qui arrivaient quoi qu’il en soit à nous tenir en haleine. Ces documentaires, d’un genre nouveau et inédit à l’époque, voyaient donc s’effacer les commentateurs pour laisser place aux protagonistes et nous offraient une immersion dans leur quotidien hors norme. Même si le spectateur pouvait aussi se reconnaitre dans son intimité quotidienne.

Fils d’un extraterrestre?

Regorgeant souvent de sujets sérieux, l’émission savait aussi adapter certains épisodes d’une façon plus légère. On se remémore l’un des épisodes les plus emblématiques. En 1993, Jean-Claude Ladrat nous accueille dans sa petite ferme du fin fond de la haute Saintonge. Sa particularité est là : convaincu d’être le fils d’un extraterrestre, voilà plusieurs années que M. Ladrat fabrique sa soucoupe lui permettant de rejoindre les siens.

Seule à croire à son potentiel décollage, Suzanne, sa mère n’en démord pas. Ce reportage vient s’ajouter à une longue liste d’épisodes plus déments les uns que les autres. Comment réussir à allier présentation de personnages hors du commun, immersion à suspens dans leur quotidien et qualité de tournage à chaque épisode ? C’était là tout l’art de Strip-tease, mettre à nu l’humanité sous toutes ses facettes.

L’émission était également riche d’une facette multiculturelle. Parmi les épisodes qui ont marqués, on se souvient de À la poursuite de Madame Li qui en plus de nous transporter en Chine, nous montrait le pays lancé sur la voie de l’ultracapitalisme, la façon de commercer entre individus provenant d’une culture différente, et les règles à adopter. L’émission pouvait nous emmener aux Etats-Unis comme en Irlande ou encore en Corée du Nord.

Le reportage de trop?

Comme un clap de fin, l’émission a tiré sa révérence en 2012, après 20 ans de bons et loyaux services. Autant détestée qu’adorée, l’émission enclenchait parfois de vifs débats. En effet, c’est à cette période que sort le reportage Cherche bergère désespérément. Il raconte l’histoire de Damien, agriculteur célibataire dont les grands-parents veulent rompre sa solitude. Ils font appel à une agence matrimoniale afin de le mettre en relation avec une jeune roumaine. Regardée par presque un million de téléspectateurs, ce reportage à la limite du voyeurisme fait rapidement l’objet d’un scandale. Au revoir donc, cher rendez-vous du vendredi soir, c’était pourtant si bien.

Strip-tease, le retour

Mais voilà qu’une nouvelle réjouissante nous parvient cet été 2019 : l’émission culte de France 3 est de retour, et ce à partir du 27 juillet 2019 sur RMC Story. Le premier épisode n’est pas encore diffusé sur grand écran qu’adviennent déjà les premières critiques et pas n’importe lesquelles : les anciens producteurs s’offusquent de ne pas reconnaitre la « patte de leur émission » : « Avec cette copie, ils abîment la marque » dira Marco Lamensch. Et la nouvelle a bel et bien de quoi agacer les anciens producteurs puisqu'un accord aurait été conclu à leur insu, ils n’auraient été « ni consultés ni même avertis ».

Logo de l'émission originale

Une pâle copie de l’émission

À la diffusion des premiers épisodes, une douche froide saisit l’amoureux invétéré de la série documentaire des années 1990. Comme une impression de plate copie de l’ancien générique, le nouveau reprend la même mélodie tout en « modernisant » les images sans grande originalité. On regrette déjà l’ancien, qui, d’une façon pittoresque et poétique, laissait se trémousser danseurs et artistes sous la plume et le pinceau de ceux qu’ont imaginait comme étant les « conteurs d’histoires » autrement dit, toute l’équipe de réalisation et de production de l’émission.

Les nouveaux épisodes nous dessinent la vie de parisiens d’un bout à l’autre de l’échelle sociale. Contrairement à l’ancienne version de l’émission, nous ne trouvons pas ici de réelle histoire. Il n’y a pas d’enjeu. L’émission qui était riche de la diversité de ses protagonistes, aimait mettre en avant la vie des saltimbanques, des artistes, des gens qui venaient du milieu de la culture. Elle ne met à présent en lumière que des hommes d’affaires qui font du business ou d’autres qui travaillent pour une bouchée de pain. On les observe dans leur quotidien sans l’excitation que l’on pouvait avoir à l’époque à l’idée de découvrir une profusion de personnages qui débordent des cases. Comme son générique, Strip-tease a perdu ses couleurs.

Et vous, quel est votre avis ?

A propos de l'auteur :

a écrit 1 articles sur le blog Mediafactory.

Comments

0