Créé en 2016 par Sophie Girard et Johan Chiron, L’incroyable studio est arrivé en août 2018 au 4ème étage du Mediacampus à Nantes. L’entreprise produit et développe des séries et des films pour la télévision, le cinéma ou le web. Sa marque de fabrique ? Créer des contenus pour les enfants, les adolescents et les jeunes adultes... Rencontre avec deux anciens étudiants de SciencesCom, « promo » 2003.

  • Qu’avez-vous fait à la sortie de vos études d’audiovisuel à SciencesCom ? 

Johan : J’ai été embauché en CDI chez Disney TV, où j’avais effectué un stage durant mon cursus.

Sophie : A la différence de Johan qui a obtenu un CDI à la sortie des études, j’ai acquis mon expérience dans différentes sociétés de production : Coyote / BBC / TéléParis. A chaque fois en tant que freelance. Je suis aussi passée par plusieurs diffuseurs comme Disney TV. Nous avons donc un parcours différent et une multiplicité d’expériences.

  • Des expériences professionnelles vous ont-elles marquées ? Dans le bon ou le mauvais sens.

Johan : Disney était hyper formateur, bien que compliqué, puisqu’il y a énormément de contraintes dans le divertissement. Je n’ai aucun regret car cela m’a permis en 4 ans de découvrir en version accélérée tout ce qu’il y a de complexe dans la création.

  • Est-ce cette expérience chez Disney TV qui vous a donné l’envie de faire du contenu à destination des enfants ou des adolescents ?

Johan : Exactement, nous avons notamment écrit pour Soda ou Scènes de ménage. La cible ado nous amuse toujours autant. Nous écrivons également beaucoup pour les familles, car nous nous sentons concernés. En fin de compte, la cible ado / enfants se ressemble un peu.

  • Qu’est-ce qui vous a poussé à créer votre propre entreprise ? Etait-ce facile ou fastidieux ?

Johan : Quand on a quitté Paris pour Nantes, on aurait pu rester free-lance mais en province, c’est plus compliqué. Cela faisait un moment qu’on avait un projet entrepreneurial en tête.  On avait envie de porter des projets de A jusqu’à Z, de recouvrir toutes les étapes de la création.

Sophie: Je ne dirais pas que c’était facile ou difficile. On l’a fait de façon très scolaire, en passant par toutes les étapes ; audit des talents sur le territoire pendant un peu plus d’un an, accompagnement par des professionnels. Donc je retiendrais plutôt le mot organisé.

  • Êtes-vous heureux de revenir au-dessus de votre ancienne école ? Un avis/commentaire sur l’éco-système si singulier du Mediacampus ?

Johan : On est content de la collaboration qu’on a réussi à mettre en place. On ne l’avait pas vraiment quitté car on y a beaucoup enseigné. Cela rend beaucoup de choses faciles mais c’est d’abord le bâtiment qui nous intéresse. On est content d’être là avec tous les habitants du Mediacampus. 

 

  • Combien d’employés avez-vous aujourd’hui ? 

Johan : La majorité de nos employés sont des intermittents du spectacle ou des artistes. Les contrats varient selon le projet. Certains sont là pour 7 mois, mais cela peut aller jusqu’à 2-3 ans pour des séries d’animation de 26 ou 52 épisodes.

Sophie : Il est difficile de répondre de façon catégorique à cette question. Aujourd’hui on est 19 mais sur les projets en cours, on montera jusqu’à 24.  

  • Comment obtenez-vous des projets ? Par relation ou par appels d’offres ?

Johan : Les deux, le réseau est clairement très important et on essaie de l’entretenir au maximum. Il y a aussi de temps en temps des appels à projets. Je dirais qu’en proportion on est sur environ 70% réseau et 30% appel d’offre.

  • Y a-t-il beaucoup de concurrence dans ce secteur ? Sur Nantes ?

Johan : Oui mais très peu sur Nantes en termes de série d’animation et peut-être un ou deux sur les nouveaux médias. La majorité de la concurrence se trouve à Paris ou à Angoulême.

Sophie : La spécificité de L’incroyable studio est qu’on cumule deux activités : on est à la fois société de production et studio d’animation depuis la rentrée.

  • Sur quels projets travaillez-vous en ce moment, pour qui ?

Johan : En fabrication, nous sommes sur la collection « en sortant de l’école » pour FranceTV. Il s’agit d’une collection qui tourne autour d’un poète chaque année. En développement (financé), nous sommes actuellement sur « Savoir inutile », mais également sur une série pour Disney.

  • Comment se déroule le développement d’un projet, quelle partie est la plus longue ?

Sophie: Le développement et l’écriture car ce sont les parties les plus importantes. On peut passer plus de 2 ans sur l’écriture. 

  • Avez-vous une anecdote à partager ?

Sophie: Sur le projet « Le cheval du Louvre », nous avons été invités à une visite nocturne du célèbre musée. Nous l’avons donc re-découvert à la lampe de poche du gardien, qui nous a raconté tout un tas d’anecdotes sur le lieu (notamment que sa lampe avait des coupures soudaines quand il passait dans certains endroits du musée..).

A propos de l'auteur :

a écrit 3 articles sur le blog Mediafactory.

-->

Comments

0