Fondé par d'anciens journalistes d’I-télé, ce média n’existe pour l’instant qu’à travers les réseaux sociaux.  Sa ligne éditoriale : prendre le contre-pied des chaînes d’information continue et interagir avec les internautes. Un pari audacieux en quête d'un mode de financement pour assurer sa pérennité.

 

« Bonjour, je suis journaliste et j’ai décidé de m’associer » 

 

C’est avec cette phrase sibylline que d’anciens journalistes d’I-télé ont annoncé sur Twitter, début 2017, la naissance de leur média. Lancé officiellement quelques jours plus tard, le 20 janvier, Explicite se déploie exclusivement sur les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook et You Tube. Il réunit un collectif de 54 journalistes qui travaillaient auparavant pour la chaîne d’information continue du groupe Canal +, détenu par l’industriel Vincent Bolloré. On peut citer parmi eux Olivier Ravanello, Florent Peiffer, Sonia Chironi ou encore Claire Fournier. A l’automne 2016, ils s’étaient mis en grève durant 31 jours pour protester contre l’arrivée de l'animateur controversé Jean-Marc Morandini et réclamer une charte déontologique. Un épisode particulièrement rare dans l’audiovisuel qui s’était soldé par une vague record de départs volontaires...

 

 Prendre le temps

Objectif de cette nouvelle équipe, selon Olivier Ravanello : « combler une place à prendre en allant directement à la rencontre de ceux qui vont s'informer sur les réseaux sociaux plutôt que sur les médias classiques ». À l’heure de l’information en continu et des commentaires instantanés, Explicite veut au contraire prendre le temps et proposer des reportages approfondis sous des angles originaux. Une différence qui s’exprime aussi dans son fonctionnement : pas de plateau télévisé, ni de studio au sens conventionnel du terme, mais des « lives » interactifs d'une heure avec des experts ou des reporters de terrain.

Un lancement en fanfare

Dès son lancement, le 20 janvier dernier, Explicite s’est montré présent pour l’investiture de Donald Trump. Pour son premier live, Olivier Ravanello, accompagné du spécialiste des Etats-Unis Corentin Sellin, ont offert une très bonne couverture de l’événement, mixant direct et analyses. Tandis que la reporter Natalia Gallois, qui déambulait tout près du Capitole, a questionné en direct les pros et opposants au nouveau président américain. L’actualité française n’est pas en reste et occupe une large part du contenu avec une couverture active de la campagne présidentielle. Un mois après son lancement, l'initiative semble en tout cas avoir trouvé son public avec près de 38 00 abonnés sur Twitter et plus 24 000 "j’aime" sur Facebook.

 Explicite_insta

Le crowdfunding

Reste à savoir comment financer l’aventure… Le collectif a réalisé un appel aux dons pour payer les frais de missions des reporters. Cette campagne s'est achevée le 26 février 2017 avec une récolte de 165 840 €, soit 111% des objectifs atteints. Mais pendant six mois, les journalistes associés au projet travailleront bénévolement en attendant qu’Explicite dispose d’un mode de financement. “On est quelques-uns à avoir mis nos cartes bleues dans un pot commun, explique Olivier Ravanello, reconnaissant qu’il s’agit d’un projet puissant et fragile à la fois”.

Charte déontologique

Quant à l’entrée d’un éventuel investisseur, condition de la viabilité du projet, celle-ci sera conditionnée à la signature d’une charte de déontologie. « S’il ne la signe pas, il ne rentrera pas. C'est nous qui posons les conditions, maintenant », assurent Olivier Ravanello et Sonia Chironi. Après leur bras de fer avec la direction d’Itélé, ils ne sont plus prêts à faire de compromis. 

Cette aventure audacieuse n’est pas sans rappeler d’autres créations de médias. Parmi elles, le site Les Jours, créé par d’anciens journalistes de Libération, qui compte déjà 7 000 abonnés payants. Mais aussi Médiacités, site d’investigation qui se lance dans 5 grandes villes de France à l’initiative d’anciens de L’Express. Ou encore Spicee, média vidéo 100% digital et indépendant fondé notamment par des anciens du goupe M6. Ou comment venir du journalisme traditionnel et faire de l’info autrement….

A propos de l'auteur :

a écrit 2 articles sur le blog Mediafactory.

-->

Comments

0