Les consoles telles que nous les connaissons vivraient-elles leurs dernières années ? Il est fort possible que les acteurs du jeu vidéo se préparent à une grande révolution : celle de jouer sans aucun autre matériel qu’un smartphone ou un ordinateur…

« Il y aura une autre génération de consoles, puis nous passerons tous en streaming ». Voilà ce qu’annonçait Yves Guillemot, co-fondateur d’Ubisoft,  en 2018 dans Variety. Il parle ici de la montée en flèche du jeu à distance : les connexions Internet se faisant de plus en plus rapides, il est désormais possible de « streamer » un jeu vidéo comme on le fait pour un film : directement dans son navigateur, sans aucun téléchargement ni matériel de pointe dans son salon.

Est-ce là le futur du jeu vidéo ? Pour s’en convaincre, voyons d’abord où nous en sommes. En 2020, les consoles de jeu font encore pleinement partie de l’univers vidéoludique. Un bref coup d’œil au nombre de personnes présentes pour le direct de présentation de la PlayStation 5 suffit à le constater.

Chaque fabriquant a maintenant ses jeux, sa ligne éditoriale et son public. Alors que Sony met l’accent sur les grands jeux de ses studios internes et les capacités techniques de sa console, Microsoft met surtout en avant son service de jeux à la demande Xbox Gamepass. Nintendo, à son habitude, capitalise sur une niche de licences spécifiques et sur une machine qui ne ressemble à aucune autre.

Des changements à venir

La huitième génération, celle de la PS4 et de la Xbox One, a vu son lot de nouveautés. Cela va de la démocratisation de l’achat dématérialisé de jeux sur consoles à l’apparition du jeu à distance (ou « cloud gaming »). Ces consoles ont aussi vu les budgets de création des jeux exploser, la plupart des blockbusters du milieu dépassant désormais les 80 millions d’euros de budget.

Le cloud-gaming, particulièrement, est le grand changement de ces dernières années. C’est un type de jeu en ligne qui fonctionne sur des serveurs distants et peut être diffusé sur n’importe quel appareil possédant un écran et une (très) bonne connexion internet. De quoi rendre une console potentiellement obsolète !  Des entreprises tels que Google Stadia, mais aussi l’entreprise française Shadow, sont des pionniers de cette technologie encore balbutiante mais prometteuse.

La neuvième génération de consoles qui décolle en cette fin d’année a donc un goût spécial, qui annone de grands changements à venir. Cette génération, c’est celle du digital. Déjà bien installé sur PC, l’achat de jeux en ligne gagne de plus en plus les consoles : entre 2013 et 2018, la part du digital dans les ventes de jeux vidéo aux Etats-Unis est passée de 54 à 83%.  C’est donc sans surprise que pour la première fois dans leur histoire, Sony et Microsoft sortent cette année des consoles sans lecteur optique. Tous les jeux de votre bibliothèque seront stockés directement sur votre disque dur.

L’appétit des GAFAM

Cette génération, plus encore, c’est celle qui va devoir faire face à l’intérêt de plus en plus grandissant des GAFAM pour le marché du jeu vidéo, qui pèse désormais plus de 120 milliards de dollars. Google continue d’investir dans sa plateforme Stadia, tandis qu’Amazon joue sur les deux tableaux entre création de jeux par Amazon Games et plateforme de streaming de jeu avec Amazon Luna. Dotés d’une très forte infrastructure mondiale et de moyens presque illimités, ils vont représenter une réelle concurrence dans les années à venir, contre laquelle Microsoft et Sony se préparent déjà.

Cette génération, enfin, va devoir faire face à la raréfaction des matières premières. Avec la crise environnementale et l’épuisement des ressources, les métaux rares nécessaires à la fabrication des consoles de jeu (entre autres) le deviendront de plus en plus. L’industrie recherche donc activement un moyen de garder un prix abordable malgré des composants de plus en plus chers.  

Un public mondial ?

Avec l’augmentation des coûts de production, les studios de développement de jeux vidéo vont chercher à toucher un public de plus en plus grand. C’est pourquoi il est dans leur intérêt de chercher à mettre en place un système de plus en plus accessible. Or, avec la démocratisation probable de la 5G, qui promet une vitesse de connexion 100 fois plus rapide que la 4G, il sera désormais possible d’accéder au cloud-gaming jusque sur un smartphone, appareil numérique parmi les plus répandus au monde avec 2,87 Milliards d’utilisateurs (soit plus d’un humain sur deux).

L’appareil de jeu deviendrait donc un récepteur d’information pré-calculées par des serveurs distants, d’où l’importance de Google et Amazon sur le marché. Le futur selon Stadia, c’est un monde où, après le visionnage d’un « trailer » sur YouTube (par Google), vous serez redirigé (via Google) vers votre compte Google Stadia pour y acheter le jeu, auquel vous pourrez directement jouer sans même le télécharger, grâce à des serveurs…Google.

Microsoft est déjà préparé à ce futur, et développe à la fois son offre de jeux en digital et son offre de jeu en streaming avec son offre XBox GamePass et son XCloud. Sony garde pour elle une très forte identité et des licences propres à attirer un large public., toutefois leur manque d’infrastructures internet est une menace, qui pourrait expliquer leur rapprochement avec Microsoft sur ce point.

Pour Nintendo, enfin, qui s’est toujours distingué par des consoles innovantes et différentes de la concurrence, les changements à venir sont possiblement inquiétants. Même si pour l’instant, la société profite d’un marché de niche fidèle et encore en expansion.

Jouer sans console ?

A n’en pas douter, de grands changements sont à venir dans l’industrie du jeu vidéo. Nous assisterons peut-être à la fin des consoles telles que nous les connaissons, remplacées par des appareils plus proches d’un Chromecast, capable de diffuser du contenu d’un serveur distant directement sur votre écran, voire même par des offres en ligne.

Comme le prédit Phil Spencer, président d’Xbox Game Studios dans Variety,  « jouer, c’est moins avoir un appareil spécifique pour jouer à un certain jeu, mais plutôt avoir vos jeux préférés accessibles sur n’importe quel appareil que vous possédez. ».

A propos de l'auteur :

Etudiant en première année à Audencia SciencesCom Passionné les jeux vidéos, l'histoire, la culture et la lecture.

a écrit 2 articles sur le blog Mediafactory.

Comments

0