Changer l’image d’une ville : Saint-Nazaire et son « Ambition maritime »

Changer l’image d’une ville : l’exemple de Saint-Nazaire et son « Ambition Maritime »

Saint-Nazaire, ville industrielle et portuaire, travaille depuis plusieurs années à changer son image pour gagner en attractivité et attirer de nouveaux habitants. Un exercice de marketing territorial qui s’appuie sur la mise en valeur de son bord de mer et l’aménagement de nouvelles infrastructures.

Dans le sillage de sa voisine nantaise, qui est parvenue, en plusieurs décennies, à panser le départ de ses chantiers navals par la culture et l’urbanisme, Saint-Nazaire veut changer d’image. La ville ayant été bombardée et reconstruite rapidement après la guerre, ses habitants ont le désir de montrer que leur territoire recèle d’autres atouts à révéler et à exploiter.

Révéler un littoral à la fois industriel et touristique

Longtemps surnommée « la ville des paquebots », Saint-Nazaire cherche aujourd’hui à valoriser davantage son ouverture sur l’océan et sa dimension littorale, la densité de ses espaces verts ou la proximité des marais de Brière, sans pour autant renier son caractère industriel (construction navale, aéronautique). Pour son maire David Samzun, il s’agit de « conjuguer la ville industrielle avec la ville plaisir ». 

Le principal outil de cette nouvelle vision de la ville : « Ambition maritime », un projet d’urbanisme prévu sur 20 ans faisant intervenir à la fois les acteurs du territoire, les élus et des habitants. L’objectif est d’investir de nouveaux lieux et d’y créer de nouvelles activités : loisirs nautiques, logements, évènements écologiques, artistiques et économiques, tout en reliant davantage l’ensemble de la ville au littoral. David Samzun nous explique qu’il s’agit « tant d’un projet urbain que d’un projet de révélation. » 

Une communication innovante et participative

Ce projet s’inscrit bien dans une démarche de marketing territorial : « Un maire a aussi la responsabilité de « vendre » sa ville » énonçait-il déjà il y a quelques années. Transformer l’image de la commune, tout en étant fière de ce qu’elle est, telle est la mission que le maire s’est donnée. Il fait le choix d’englober l’agglomération dans son entièreté, sans nier son histoire ou sa dynamique économique basée sur l’industrie. « C’est un territoire hybride d’une extrême complexité et d’une extrême richesse », décrit l’un des paysagistes engagés dans ce projet. 

Au-delà des promoteurs, urbanistes ou architectes à dimension européenne impliqués dans cette démarche, la mairie mise aussi sur l’implication des habitants dans cette transformation de la ville. Elle vient de recevoir 300 propositions citoyennes dans le cadre d’un appel à projets lancé en juillet dernier. 

Une évolution sur le long terme

David Samzun n’en est pas à sa première campagne de promotion de la ville. Il avait déjà établi une nouvelle identité visuelle en 2017 en changeant son logo pour un graphisme plus dynamique, évoquant le pont de Saint-Nazaire. « Le nouveau logo de la Ville de Saint-Nazaire conjugue à mes yeux la fierté industrielle et la fierté d’être dans un territoire d’innovation, d’agilité, de créativité, avait-il expliqué à cette époque sur le site internet de la ville. Saint-Nazaire est une ville jeune, dynamique, pleine d’énergies et d’envies. Elle est un potentiel qui ne demande qu’à se révéler. Le moment est venu d’affirmer notre ambition. » 

 Par la suite, la campagne de promotion du territoire Saint-Nazaire Renversante avait entamé le processus de renversement d’image de l’agglomération, en permettant une (re)découverte des lieux à travers le tourisme. Le projet « Ambition maritime » marque une nouvelle étape dans ce processus de transformation du regard porté sur la ville. 

Des fresques au secours d’un quartier de Lisbonne

Saint-Nazaire n’est pas la première ville à vouloir transformer son image. Le quartier de la Quinta do Mocho situé à Lisbonne, était redouté pour ses problèmes sociaux, dont sa forte criminalité et la multiplicité des trafics de drogues. Cependant, l’initiative « Le voisinage et le monde » lancée en 2014 est venue renouveler l’image du quartier. Plusieurs artistes sont intervenus pour réaliser une centaine de fresques sur les bâtiments, permettant à la Quinta do Mocho d’être aujourd’hui qualifiée de « la plus grande galerie d’art public à ciel ouvert d’Europe ». Le quartier attire désormais de nombreux touristes, et cette transformation a favorisé d’autres initiatives : des lignes de bus ont été ouvertes, les évènements culturels se sont développés et le taux de criminalité a finalement baissé.

Laisser un commentaire