Les 5 leçons du 34ème baromètre de confiance dans les médias

Les 5 leçons du 34e baromètre de confiance dans les médias

S’il y a un bien un rendez-vous que les communicants attendent avec impatience, c’est celui-ci. Chaque début d’année, le journal La Croix publie le baromètre de confiance des Français dans les médias, réalisé par l’institut Kantar. Cette étude met en lumière notre rapport à la presse et à sa consommation depuis 1987. Voyons ensemble les cinq enseignements à retenir de sa lecture.

Un regain d’intérêt  pour l’information

Cette augmentation peut tenir au fait que l’année 2020 a été rythmée par de grands moments sur les plans politique, sanitaire, économique et social tant au niveau national que mondial. Après avoir atteint un seuil historiquement bas (59%) l’an passé, l’intérêt des Français pour l’actualité repart à la hausse. Ils sont désormais 67% à déclarer « suivre les nouvelles avec grand intérêt ». Cependant, les 18-24 ans semblent moins intéressés par l’actualité que leurs aînés (51%). A titre de comparaison, en 2001, ils étaient 70 % à s’y intéresser, et même 74 % en 2006.

Covid-19 : saturation des hôpitaux … et des esprits

A moins d’avoir vécu reclus dans une grotte ou dans la forêt vierge d’une île déserte, il est impossible d’avoir manqué l’information suprême de l’année passée… la pandémie de Covid-19. Émissions spéciales, flashs infos, interviews d’experts, reportages, billets d’humeurs et conférences de presse n’ont pas cessé de mettre en avant la Covid-19. Trop ? L’avis des Français ne laisse aucun doute. 74% estiment que les médias en ont trop parlé. D’une manière générale, les sondés estiment que l’année médiatique 2020 a été « plutôt bien traitée » mais manquait de « divertissements »…

La crédibilité des médias augmente

Tous les types de médias ont gagné en crédibilité. Et c’est plutôt une bonne nouvelle. La radio reste en tête du classement suivie de la presse écrite et de la télévision. La dernière place du classement est occupée par internet. Plus précisément les réseaux sociaux, peut-être en raison de la prise de conscience des « fake news ». Mais le degré de confiance dans Internet en général (sites d’information, applications) augmente de 5 points cette année alors que les médias « traditionnels » n’enregistrent qu’une hausse de 2 points.

Moins de papier, plus de smartphone

Pour les plus de 35 ans, la télévision reste le moyen numéro un pour accéder à l’information (53%). Les pratiques des moins de 35 ans annoncent un profond changement des usages. Ils sont désormais 66% à utiliser internet pour suivre l’actualité, principalement sur le téléphone (50%), loin devant la tablette et l’ordinateur (respectivement 3% et 13%).  La presse écrite est quant à elle délaissée par les plus jeunes avec à peine 1% de lecteurs. Ces chiffres montrent que les médias ont tout intérêt à digitaliser leurs contenus et à proposer de l’information consultable sur le téléphone et accessible facilement.

2020, un tournant pour les médias ?

Que les rédactions se rassurent, les Français ne sont pas près d’arrêter de s’informer, au contraire. Pour autant, 2020 nous a marqué et nous a changé. Nos attentes envers ceux qui nous informent aussi. C’est à eux d’en prendre conscience et de continuer à s’adapter et à anticiper les changements à venir. L’édition 2021 nous promet d’être tout aussi palpitante avec l’élection présidentielle française qui commence déjà à se frayer un chemin sur nos ondes…

Malo Guerin

Etudiant en première année à Audencia SciencesCom Passionné par la Mode, la musique, la nourriture et l'influence.

Laisser un commentaire