Les étudiants s’exposent dans une mini-série en quatre épisodes

Les étudiants s’exposent dans une mini-série en quatre épisodes

Dans le cadre de leur cours de « Typologie des écritures médias », les élèves de deuxième année issus de la majeure « Médias et production de contenus » à Audencia SciencesCom ont réalisé un exposé filmé. A travers le prisme des réseaux sociaux, ils prennent la parole sur un sujet qui leur tient à cœur. Du slow journalism au self-love, en passant par la politique dans les séries et la K-pop, les étudiants nous ont régalés ! A découvrir sans plus attendre.

Le slow journalism

Le slow journalism, ça vous parle ? Il s’agit d’un mouvement en réaction à l’infobésité, ce flux assommant d’informations caractéristique de notre société moderne. Grâce à un parallèle avec le format des podcasts, Logan, Nina, Maeva et Louise vous aident à le décrypter dans cette vidéo. 

Le self love

Gaëtan, Judith et Marine analysent ici le mouvement du self love. Véritable journal intime public, les réseaux sociaux sont désormais le nouveau psy à la mode – un psy, cependant, bien impersonnel. Les créateurs de contenus s’expriment à cœur ouvert sur leurs complexes, leurs doutes et leurs traumatismes pour démystifier les tracas quotidiens et aider chacun à mieux s’accepter. Cependant, comment généraliser le self love grâce à des recettes miracles ? La Vérité sur les réseaux sociaux !!? Ce concept de self love est donc bien plus complexe. 

Politique et série

Laurine, Clara et Constance ont, quant à elles, choisi d’aborder le rôle de la politique dans trois séries : The Loudest voice, Baron Noir et House of Cards. Grâce à une représentation artistique de la réalité, les scénaristes mettent en scène des situations politiques dans lesquelles l’ivresse du pouvoir mène à une corruption des médias, confirmant leur influence de ces derniers sur l’opinion publique. Alors, fiction ou réalité ? 

La K-pop

Entre communications brillantes, physiques avantageux et univers oniriques, bienvenue dans le monde de la Korean-pop. Ce genre hybride à la croisée du rock, du R&B, de l’électronique et du hip-hop s’inspire des codes du show-business américain. Grâce à une multitude de goodies, BTS, le boysband le plus connu de la K-pop, fait désormais partie de la culture coréenne. Vincent, Jeanne et Laura vous expliquent la puissante stratégie marketing à l’origine du succès de ce genre musical bien exotique.

Cecile Lachasse

Etudiante en deuxième année "Engagement et expérience des publics" à Audencia SciencesCom et passionnée de photographie et d'écriture.

Laisser un commentaire